L’ostéopathie est-elle efficace pour traiter les acouphènes ?

0
5851
Ce visuel représente un praticien ostéopathe traitant une patiente atteinte d'acouphènes
Forte de ses 140 ans d'histoire, la thérapie manuelle ostéopathique promet de soulager certains cas d'acouphènes, notamment ceux qui appartiennent à la catégorie somatosensorielle

Avec ses 140 années d’existence, l’ostéopathie occupe une place de choix lorsqu’il s’agit de résoudre un problème musculaire ou articulaire. Ce que l’on sait moins, c’est que cette forme de thérapie manuelle peut se révéler efficace dans le cadre du traitement des acouphènes. Parce qu’elle privilégie une approche globale qui établit des connexions entre les différentes parties du corps humain, l’ostéopathie s’apparente à une investigation permanente au service du bien-être physique et psychologique. C’est lorsqu’il s’agit de soulager les patients atteints d’acouphènes que cette discipline déploie tout son savoir : os crâniens et vertébraux, muscles de l’épaule et du cou, ligaments, système de vascularisation de l’oreille interne… c’est en prenant en compte les innombrables ramifications qui existent entre ces différentes entités que l’ostéopathie promet de traiter efficacement les symptômes acouphéniques. Cependant, cette thérapie demeure cantonnée à certains types d’acouphènes que nous allons passer en revue dans ce sujet spécial.

Découvrez ce sujet-expert en moins de 2 minutes grâce à la vidéo ci-dessous, puis explorez l’article intégral pour en connaitre tous les détails !

L’approche Ostéopathique

L’ostéopathie est une thérapie manuelle dont les applications sont à la fois préventives et curatives. L’origine de celle-ci remonte à 1874, lorsque le Docteur Andrew Taylor Still met au point certaines des techniques clés dont elle est issue. L’objectif phare de l’ostéopathie est d’identifier les restrictions de mobilité articulaire ou organique afin de résorber le(s) trouble(s) qui en découle(nt). Parmi ces troubles, il n’est pas rare que l’acouphène occupe une place récurrente.

Une approche holistique

C’est parce que l’ostéopathie considère le patient dans sa globalité et non comme une entité morcelée que la discipline peut être qualifiée d’holistique. La philosophie thérapeutique qui sous-tend l’ostéopathie a tendance à voir le corps humain comme un ensemble fonctionnel global où tout est lié et en constante interaction.

C’est la raison pour laquelle, bien souvent, le praticien cherchera l’origine d’un trouble a des endroits qui peuvent paraître totalement déconnectés du problème mais qui au final s’avèrent pertinents.
Un large champ thérapeutique
 
Possédant un rayon d’action relativement vaste, l’ostéopathie entend traiter les troubles liés au dysfonctionnement du système cardiovasculaire (par exemple, la congestion veineuse), du système ORL et pulmonaire, du système neurologique (par exemple, en cas d’épisode de stress intense), du système urinaire (par exemple, en cas de cystite) et enfin, du système digestif (par exemple, en cas de colite ou de symptômes constipatoires).
C’est parce que l’acouphène peut, dans certains cas, être lié à des problèmes mécaniques ou circulatoires que l’ostéopathie à gagné au fil des ans une certaine crédibilité en la matière.

L’ostéopathie pour traiter certains types d’acouphènes

La première chose qu’il est important de retenir est que les techniques ostéopathiques peuvent traiter certains types d’acouphènes mais en aucune mesure elles ne peuvent se prévaloir d’être efficace dans 100% des cas.

Un réel travail d’investigation de la part de l’ostéopathe

C’est la raison pour laquelle l’ostéopathe va tout d’abord chercher à identifier les éventuels facteurs mécaniques qui peuvent causer l’acouphène. Chez certains patients, un travail sur la détente des muscles cervicaux pourra être suffisant. Chez d’autres, il sera pertinent de se concentrer sur les zones manducatrices (mâchoire) ou bien sur un rééquilibrage de la posture corporelle. Enfin, il demeure également possible que la cause de l’acouphène soit liée à un problème au niveau de l’épaule.

A noter que l’ostéopathe pourra choisir de concentrer ses efforts sur les os du crâne, plus spécifiquement sur l’os du temporal lequel renferme l’oreille interne.
Troubles posturaux et acouphènes
 

Nous l’avons dit plus haut, c’est parce que l’ostéopathie envisage le corps humain dans sa globalité qu’elle peut se montrer efficace. C’est la raison pour laquelle cette thérapie met l’accent sur la normalisation de la posture. Lorsqu’elle n’est pas adéquate, celle-ci peut occasionner des troubles divers et variés et se manifester, entre autre, par la présence de symptômes acouphéniques.

Les acouphènes somatosensoriels

En règle générale, lorsque l’acouphène est liés à un problème situé dans la région crânio-cervicale plus qu’à un dysfonctionnement de l’appareil auditif, on qualifie celui-ci de somatosensoriels.

Le docteur Marie-Josée ESTEVE-FRAYSSE, ORL, otoneurologie et ORL pédiatrique, confirme que l’intensité de ce type d’acouphènes peut être modulé par le mouvement.
En effet, lorsque l’on la tête opère une rotation ou bien lorsque la mâchoire s’active, il n’est pas rare que l’acouphène varie. Cela signifie que le mouvement a un impact direct sur le ressenti du patient.

Les différents types de manipulations ostéopathiques dans le cadre du traitement des acouphènes

Comme nous l’avons vu, l’ostéopathie poursuit l’objectif de libérer les anomalies mécaniques ou musculaires qui peuvent entraver les mouvements et équilibres du corps. Pour parvenir à ce résultat, la thérapie utilise différentes sortes de manipulations parmi lesquelles :

▶ des manipulations crâniennes qui visent à favoriser la mobilité des os crâniens

▶ des manipulations structurelles (par exemple, via des impulsions au niveau des tissus)

▶ des manipulations viscérales qui fluidifient le mouvements des viscères (cerveau, cœur, estomac, foie, intestin, poumon, rate, rein, utérus…)

▶ des manipulations fonctionnelles qui participent au bon relâchement des tissus

L’efficacité des techniques ostéopathiques dans le cadre du traitement des acouphènes

Pour Michaël ILLOUZ, Ostéopathe sur Bordeaux et Villenave d’Ornon, l’idéal est de suivre un protocole thérapeutique sur trois mois à raison d’une séance mensuelle. Si l’on en réfère à son expérience, le taux de réussite frise les 50%. 1 patient sur 2 ressentirait donc une nette diminution de ses acouphènes.
Ce chiffre encourageant semble être cohérent avec ce qu’indique un autre praticien, le Docteur TEISSEIRE, qui fut consulté dans le cadre d’un reportage réalisé par l’équipe de Télématin (Voir vidéo ci-dessous).

[VIDEO] ▶  Les ostéopathes au secours des acouphènes

50% de réussite en fonctions du type d’acouphène

Selon le Docteur Norbert TEISSEIRE, spécialiste en rhumatologie et médecine manuelle, 50% des patients s’estiment guéris au bout de 6 mois de traitement et 30% déclarent leurs symptômes acouphéniques « très améliorés ». En revanche, 1 patients sur 5 n’a tiré aucun bénéfice pertinent de ces séances.
A noter que l’expérimentation a été réalisée auprès de 25 patients sujets à des acouphènes somatosensoriels (ces derniers représenteraient entre 10 et 15% des acouphènes), acouphènes dont la cause était vraisemblablement du à un traumatisme ou bien une arthrose cervical, un problème articulaire, postural, dentaire ou musculaire. Autre causes probables : mâchoire bloquée, dysfonction vertébrale, torticolis, troubles de la sphère faciale et ORL.

Il est intéressant de constater que la plupart des patients soulagés l’ont été en 2 ou 3 séances, ce qui concorde avec la préconisation de l’ostéopathe Michaël ILLOUZ.

Les études de la SOFMMOO sur l’efficacité de l’ostéopathie dans le traitement des acouphènes

La Société Française de Médecine Manuelle Orthopédique et Ostéopathique a mené deux études lesquelles ont porté sur une cinquantaine de patients présentant des symptômes acouphéniques. Il en ressort que, chez environ 30 patients, les acouphènes avaient disparu ou bien étaient significativement diminués.

Il semblerait qu’il existe donc une réelle efficacité des techniques ostéopathiques dans le cadre du traitement de certains types d’acouphènes, notamment ceux que l’on définit comme somatosensoriels.
Quelles sont les zones privilégiées par l’ostéopathe pour soulager les acouphènes ?
▶ La zone crânienne
Nous avons vu plus haut que les os du crâne peuvent jouer un rôle dans la perception des symptômes acouphéniques. En s’appliquant à redonner de la mobilité à ces os, l’ostéopathe va ainsi agir au niveau de ce que l’on nomme les temporaux. C’est parce ces derniers abritent l’oreille moyenne et l’oreille interne qu’ils vont avoir un effet bénéfique.
En outre, ces manipulations délicates et précises vont produire des effets sur les osselets ainsi que sur le nerf auditif. L’ostéopathe pourra également manipuler l’occiput situé à l’arrière du crâne. C’est grâce à cette savante gymnastique osseuse que le praticien va pouvoir induire, potentiellement, des améliorations sur le plan acouphénique.
Régulariser l’influx nerveux auditif
 

Ce travail sur les structures crâniennes, en particulier les temporaux, a pour objectif de favoriser la transmission de l’influx nerveux qui transite via le nerf auditif.

Acouphène et stress

On sait aujourd’hui que le stress constitue un facteur déclenchant et aggravant de l’acouphène. La raison de cette corrélation est à chercher du côté de la anatomie cérébrale. En effet, il apparaît que le système limbique, siège des émotions, entretient des rapports étroits avec le cortex auditif, siège de l’audition. C’est la raison pour laquelle les états émotionnels négatifs (stress, anxiété, détresse, dépression, colère…) ont tendances à accentuer l’intensité et la gène acouphénique.

L’ostéopathe pourra alors opter pour la mise en oeuvre de techniques visant à apaiser l’état émotionnel du patient. Ainsi détendu, ce dernier sera moins accablé par le bruit parasite. A noter que la Sophrologie utilise également une stratégie similaire grâce à des protocoles basés sur la régulation émotionnelle.
▶ La zone cervicale
Il faut savoir que la zone cervicale cristallise une grande partie des tensions corporelles. Grâce à des manipulations structurelles et tissulaires, l’ostéopathe s’attachera à détendre les muscles du cou et à lever les éventuels blocages articulaires. Lorsque cela fonctionne correctement, le soulagement est souvent immédiat.
Il est important de prendre conscience que lorsque les vertèbres cervicales sont entravées dans leur mobilité, comme c’est le cas lorsqu’il y a crispation musculaire ou blocage articulaire, c’est toute la vascularisation du crâne qui peut être perturbée. Or, on soupçonne parfois l’acouphène de trouver son origine dans un défaut d’irrigation, notamment dans ces régions situées à la base du crâne.

La compression du paquet vasculo-nerveux

Lorsqu’il y a blocage au niveau des vertèbres cervicales, c’est à dire lorsque les tensions musculaires ou articulaires sont telles qu’elles entravent la liberté de mouvement, on risque alors un phénomène de spasmes.

Cela signifie que certains muscles vont se contracter anormalement, entraînant la compression des nerfs, artères et veines présents dans la région. On appelle cela la compression du paquet vasculo-nerveux.

Or, on sait que ce phénomène peut entrer en ligne de compte et ainsi induire des vertiges, des migraines, des névralgies cervico-brachiales ainsi que des acouphènes.

Traitement cervical en ostéopathie structurelle

En cherchant également à entraîner un relâchement de la gaine viscérale du cou, l’ostéopathie va permettre de décomprimer l’artère vertébrale laquelle peut être à l’origine d’un défaut d’irrigation de l’oreille interne. Ici aussi, il s’agira d’apaiser les crispations afin de redonner au flux sanguin toute son efficacité.

Pour plus d’informations sur le sujet, nous vous invitons à découvrir notre top article L’acouphène peut-il trouver son origine dans un problème cervical ?
▶ La zone mandibulaire (mâchoire)
L’acouphène peut également provenir d’un trouble lié au fonctionnement de la mâchoire. Par exemple, lorsqu’une anomalie survient au niveau de l’articulation Temporo-mandibulaire, le patient perd sa capacité à mâcher correctement. Avec le temps, cela peut provoquer un étirement ligamentaire qui peut impacter l’oreille interne et ainsi favoriser la survenue d’acouphènes.
C’est la raison pour laquelle un nombre croissant de dentistes travaillent main dans la main avec des ostéopathes. Cette synergie est clairement favorable à une meilleure prise en charge des troubles mandibulaires.
Pour plus d’informations sur le sujet, nous vous invitons à découvrir notre top article Les acouphènes peuvent-ils découler de problèmes dentaires ?
▶ Les zones viscérales et les musculaires
Il faut savoir que le stress, l’irritabilité, la colère ainsi que tout état de tension nerveuse engendré par la gène acouphénique peut être à l’origine de spasmes musculaires problématiques. En effet, il s’avère que ces contractions involontaires peuvent comprimer les veines, les nerfs et les artères. L’ostéopathe pourra alors travailler à réduire ces tensions logées dans les muscles et les organes afin de réduire l’intensité des symptômes liés : céphalées, vertiges, acouphènes…
Préconisation utile
Il nous paraît important de souligner ici l’urgence d’une éventuelle prise en charge. En effet, il s’avère que plus les acouphènes sont récents, plus les chances que l’ostéopathie puisse les soulager sont élevées. C’est la raison pour laquelle, lorsqu’un acouphène surgit et qu’il existe une forte suspicion quant à son origine musculaire et/ou articulaire, il sera vivement recommandé de consulter un praticien ostéopathe afin d’agir sans plus tarder sur les causes probables de l’acouphène.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here