Un bouchon de cérumen peut-il provoquer des acouphènes ?

0
8833
Les bouchons d'oreille causés par un surplus de cérumen dans le canal auditif peuvent constituer un facteur de risque acouphénique
Lorsque le cérumen est trop abondant dans le conduit auditif, le risque de bouchon augmente favorisant ainsi d'éventuels sifflements et bourdonnements d'oreille.

Le mot cérumen vient du latin « cera » qui signifie la cire. Il faut savoir que la production de cette cire d’oreille est un phénomène normal, parfaitement naturel, qui assure une fonction de protection. Cependant, il arrive parfois que le volume de cette substance présente dans le conduit de l’oreille soit tel que cela entraîne un bouchon lequel peut engendrer des complications. Parmi ces complications, il est possible de citer la gène acouphénique, sous la forme d’un sifflement ou d’un bourdonnement. C’est la raison pour laquelle il est intéressant de se pencher sur ce phénomène afin de comprendre comment naissent les bouchons et d’apprendre à traiter ceux-ci.

Découvrez ce sujet-expert en moins de 2 minutes grâce à la vidéo ci-dessous, puis explorez l’article intégral pour en connaitre tous les détails !

Il faut savoir que le bouchon de cérumen est une cause fréquente de perturbation de l’audition, notamment chez les personnes âgées ainsi que chez celles qui sont appareillées (prothèse auditive).

Lorsque le cérumen ne s’élimine plus efficacement du conduit auditif, les chances qu’un bouchon apparaisse augmentent. En effet, il se trouve que la naissance d’un bouchon peut provenir de deux facteurs : soit d’une production de cire anormalement élevée, soit d’un défaut au niveau de l’élimination du cérumen vers l’extérieur de l’oreille.

Le Docteur Didier BOUCCARA, spécialiste ORL & Chirurgien de la face et du cou, explique que « les acouphènes peuvent être liés à un problème pathologique au niveau du conduit auditif externe, par exemple quand il y a un bouchon de cérumen ».

Voici une vidéo explicative réalisée par Medisite qui évoque la problématique des bouchons de cérumen (à partir de la 30ème seconde) :

Bourdonnements d’oreilles : quand s’inquiéter ?

A quoi sert le cérumen ?

Comme tout procédé physiologique sélectionné par l’évolution, le cérumen tant à assurer une fonction. Sécrété par les glandes sébacées, son rôle est de protéger les parois du conduit auditif. Les protéger contre les corps étrangers, les poussières, les germes et bactéries. Le cérumen joue également un rôle de protection contre l’eau qui pourrait s’introduire dans l’oreille.
La cire possédant des propriétés antibactériennes et antifongiques, elle constitue un solide rempart contre les intrusions provenant de l’extérieur. A noter qu’elle contient également du sébum et des squames qui sont des petites peaux mortes.
Lorsque tout fonctionne correctement, le cérumen est progressivement expulsé vers l’orifice auditif. Cela est rendu possible, notamment, par les mouvements de mastication opérés par la mâchoire. Pourtant, malgré cette mécanique bien huilée, il arrive parfois qu’un bouchon de forme, ce qui entraîne l’obstruction du conduit et, potentiellement, des complications et sensations désagréables telles que les bourdonnements d’oreille.

Les indices qui peuvent indiquer la présence d’un bouchon de cérumen

Il est possible de soupçonner la présence d’un bouchon de cérumen grâce à la présence de certains indices tels qu’une diminution de l’audition, des sensations de bourdonnement ou de sifflements, l’impression d’avoir une oreille bouchée ou encore des manifestations de type vertiges. Les douleurs, irritations et démangeaisons ressenties au niveau du conduit auditif peuvent également laisser penser qu’un bouchon d’oreille est la cause de ces symptômes.
A noter que ces indices ne sont pas obligatoirement symptomatiques d’une obstructions du conduit auditif externe et que d’autres causes telles que l’otite peuvent présenter des signes similaires. C’est la raison pour laquelle il est pertinent d’écarter tout doute en consultant votre médecin traitant.

Les deux principaux types de bouchons de cérumen

Le bouchon de cérumen classique

Souvent niché dans la partie cartilagineuse et au début de la partie osseuse du conduit auditif externe, le bouchon dit « classique » peut revêtir diverses formes en fonction de la quantité, de l’ancienneté et de la composition du cérumen.

Le bouchon de cérumen épidermique

On appelle bouchon « épidermique » le phénomène d’obstruction du conduit auditif externe causé par un bloc compact composé de cérumen et de débris de peau. A la différence du bouchon classique, le bouchon épidermique est plutôt dur au toucher tandis qu’il moule la forme du conduit auditif jusqu’au tympan.
Particulièrement adhérent à la peau, il s’avère souvent difficile à retirer et nécessite idéalement l’intervention d’un médecin. Lorsque l’on procède à son extraction, il n’est pas rare que le conduit auditif ait besoin de soins durant plusieurs semaines.

Comment se forment les bouchons de cérumen ?

Il existe évidemment des facteurs qui favorisent l’apparition des bouchons de cérumen. Parmi eux, citons :
Une utilisation excessive des bouchons d’oreille (réducteurs de bruits) ainsi que le port d’appareils auditifs. En effet, il s’avère que le fait d’introduire durant plusieurs heures par jour (ou par nuit) un corps étranger dans la cavité auriculaire est parfois de nature à favoriser le stockage de la cire dans le conduit.
A noter que ce risque d’obstruction est plus élevé chez les personnes âgées chez qui le cérumen est d’une consistance plus sèche et donc, moins évacuable.
Les bains (en mer ou en piscine) peuvent également constituer un facteur de risque. Comme l’explique le médecin ORL Dr Didier BOUCCARA « à l’occasion d’une baignade ou d’une douche, l’eau rentre, le volume du bouchon de cérumen augmente et l’oreille se bouche. La personne peut ensuite développer des des symptômes acouphéniques ».
Chez certaines personnes, les bouchons seront favorisés par une production de cire naturellement abondante.
Enfin, comme nous l’avions évoqué plus haut, il arrive parfois qu’un bouchon se forme lorsque les voies d’expulsion naturelles sont réduites. Ce peut-être le cas lorsque le conduit auditif possède un diamètre de faible envergure, provoquant ainsi un encombrement. Ce peut-être aussi le cas lorsque le conduit est tapissé de poils en grand nombre, ces derniers constituant un véritable obstacle à l’évacuation naturelle du cérumen.

Comment se débarrasse-t-on d’un bouchon de cérumen ?

L’extraction du bouchon par un médecin

Cette hypothèse s’applique, par exemple, lorsque vous avez tenté une dissolution du bouchon mais que le procédé n’a pas fonctionné correctement. Il conviendra alors de se rapprocher d’un médecin compétent lequel pourra procéder à une extraction manuelle (curetage) ou bien encore à une irrigation. Cette technique consiste à injecter de l’eau chaude dans le conduit auditif afin de décoller le bouchon de cérumen de la paroi. A noter que le succès et le confort de cette méthode peut être accru par le ramollissement préalable du bouchon via l’administration d’une solution auriculaire.
A ce propos, le Docteur Benoit DELAS, Oto-rhino-laryngologiste à Barentin, prodigue un conseil important dont il faut absolument tenir compte : « Après l’ablation d’un bouchon de cérumen, il convient de vérifier l’aspect du tympan et de contrôler l’audition pour ne pas sous-estimer une autre lésion ».

L’utilisation d’un produit céruménolytique

La particularité des produits céruménolytiques est qu’ils permettent de dissoudre la cire et donc, le bouchon obstruant. Il est possible de se procurer ce type de solution directement en pharmacie, sans ordonnance.
A noter que ces derniers ne doivent pas être utilisés en cas de perforation du tympan ou en cas d’otite.
Ce type de produit est également recommandé aux personnes appareillées d’aides auditives, sous réserve que leur tympan ne présente aucune contre-indication.

A proscrire : les cotons tiges

L’utilisation des cotons-tiges, notamment parce qu’ils s’avèrent intrusifs, est à proscrire. Lorsqu’ils s’enfoncent dans le conduit auditif, ces derniers ont la fâcheuse tendance à compacter le cérumen et à favoriser la naissance de bouchons. C’est la raison pour laquelle il est vivement recommandé d’utiliser ces derniers uniquement dans le cadre du nettoyage pavillonnaire (c’est à dire de la partie extérieure de l’oreille). En terme de fréquence, il est conseillé de respecter une utilisation hebdomadaire.
A noter que les intrusions excessives dues à des objets plus ou moins saillants peuvent engendrer des plaies au niveau du conduit, causant ainsi des infections et des otites externes très désagréables.

Les autres techniques permettant de traiter les bouchons de cérumen

L’huile d’olive pour ramollir le bouchon de cire

L’utilisation de l’huile d’olive dans le but de ramollir le cérumen et ainsi faciliter l’extraction du bouchon est une technique courante qui peut cependant, selon l’avis expert de certains ORL, provoquer une dermatite (inflammation de la peau tapissant le conduit auditif).
Le procédé consiste à réchauffer le flacon en le tenant quelques minutes en main puis de verser 3 gouttes directement dans le canal auditif en prenant soin de pencher la tête dans le sens adéquat à un bon écoulement de l’huile. La manipulation est à reproduire 2 fois par jour jusqu’à élimination du bouchon.
En complément, il est possible d’utiliser le jet de la douche afin de rincer l’oreille, en prenant bien soin au préalable d’avoir une eau tiède très peu pressurisée.

Le massage auriculaire

Le massage auriculaire consiste à se masser délicatement l’extérieur de l’oreille, avec les doigts de la main, en réalisant de petits mouvements circulaires. Cette manipulation aura tendance à assouplir le bouchon lequel sera plus enclin à s’extraire du conduit auditif.
Une fois le massage effectué, il sera recommandé de tirer doucement l’oreille vers l’arrière du crâne afin de favoriser le décollement du bouchon.

La solution saline

Outre les solutions céruménolytiques mentionnées plus haut, il est également possible de traiter un bouchon de cérumen en préparant soi-même une mixture propre à nettoyer le conduit auditif. Il conviendra de diluer une cuillère à soupe de sel marin dans une demi-tasse d’eau tiède. Dans un second temps, il faut imbiber une compresse que l’on placera à l’entrée de l’oreille. Cela permettra au liquide de s’écouler goutte à goutte dans le canal auditif. Durant cette phase, la tête doit être tenue penchée sur le côté.
A noter que cette technique peut également être utilisée à titre préventif à condition, là aussi, qu’aucune contre-indication ne s’applique (problème de tympan ou autre).

La technique controversée des chandelles

Il existe des bougies auriculaires, également appelées bougies de Hopi, qui sont supposées aspirer le bouchon de cire grâce à un phénomène de dépression créé par la flamme. Selon le site santé ameli.fr, ce type de méthode demeure inefficace en plus de présenter un sérieux risque de brûlure. C’est la raison pour laquelle la grande majorité des professionnels ORL déconseillent l’emploi de ces chandelles.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here